Pour mieux comprendre ce qu’est une déclaration d’état d’urgence climatique et ce que cela signifie, nous vous conseillons la lecture des documents Comprendre le mode d’urgence et la crise climatique ainsi que Urgence climatique et gouvernance locale de Breakthrough.

Le secrétaire général de l’ONU parle de l’urgence climatique, les mots sont forts et sans ambiguité : https://news.un.org/fr/story/2019/06/1046592 (discours complet en anglais ici : https://www.un.org/sg/en/content/sg/statement/2019-06-30/secretary-generals-remarks-climate-summit-preparatory-meeting)

Une déclaration d’urgence climatique émise par un organisme, tel qu’un gouvernement ou une collectivité territoriale, peut être un puissant catalyseur pour une action à l’échelle de la communauté si elle est associée à un plan d’action clair.

Les citoyens attendent une annonce d’urgence en cas de situation mettant leur vie en danger et hésitent à prendre des mesures eux-mêmes si personne ne semble prendre la menace au sérieux. Pensez à une alarme incendie. Les gens peuvent penser au départ qu’il s’agit simplement d’un exercice et l’ignorent. Mais dès qu’un responsable se mobilise et indique la sortie la plus sûre à utiliser, tout le monde évacue.

Les sections en italique ci-dessous sont des citations de Diriger le public en mode d’urgence , de la psychologue Margaret Klein Salamon, PhD, fondatrice de The Climate Mobilization aux États-Unis (en anglais). Elle utilise le terme «mode d’urgence» pour faire référence à l’état dans lequel les personnes mettent temporairement de côté leur conduite habituelle et cherchent à déterminer la conduite la plus sûre et la plus efficace pour faire face à une menace.

Pour évaluer si nous sommes actuellement dans une crise climatique, le public observe le comportement des autres et en particulier les organisations pour le climat, les leaders d’opinion et les dirigeants. Est-ce qu’ils appellent cela une urgence ? Est-ce que le ton de leurs écrits et de leurs déclarations suscite l’alarme et le besoin d’une action massive pour éviter une crise imminente ? Exigent-ils une intervention d’urgence ? Agissent-ils comme si c’était une urgence ? Sont-ils eux-mêmes en mode d’urgence ? Si la réponse à ces questions est «non», l’individu conclura qu’il ne doit pas y avoir d’urgence ou que l’action d’urgence est sans espoir car les dirigeants ne sont apparemment pas disposés à coordonner l’action d’urgence.

Leading the Public Into Emergency Mode: Introducing the Climate Emergency Movement

Les personnes qui étaient auparavant indifférentes vis-à-vis de la crise climatique peuvent réagir par la peur si leurs élus déclarent une urgence climatique, mais cette crainte se dissipera si le conseil informe sur les moyens les plus efficaces d’agir et sur les résultats concrets à attendre de ces actions.

Si les gens ne savent pas quoi faire en cas d’urgence, ils risquent de paniquer, de désespérer ou de ne pas passer en mode d’urgence.

Plus le mouvement pour le climat peut fournir des structures pour l’engagement des citoyens – des orientations claires et un soutien pour les personnes prêtes à faire face à l’urgence climatique – plus les citoyens entreront en mode d’urgence.

Leading the Public Into Emergency Mode: Introducing the Climate Emergency Movement

Des milliers de grévistes jeunes et étudiants, et de nombreux autres citoyens ont déjà très peur pour le climat. Ce qui est le plus effrayant pour ces personnes, c’est que les organismes gouvernementaux qui ont le plus de pouvoir pour apporter les grands changements nécessaires semblent ignorer qu’il existe une urgence climatique et appliquer des politiques qui nous mettent tous encore plus en péril.

Notre système politique semble indifférent , la culture du déni face à l’ampleur de la crise est sidérante. Les sentiments généralisés d’impuissance représentent également l’échec du leadership des dirigeants et des politiciens à offrir une évaluation honnête de la crise, à plaider en faveur de solutions qui ont réellement une chance de fonctionner et à inviter des individus à prendre part à cette solution .

Leading the Public Into Emergency Mode: Introducing the Climate Emergency Movement

La vague mondiale actuelle de conseils locaux déclarant une urgence climatique fournit enfin un élément d’espoir et une voie d’action, canalisant ainsi l’énergie, la concentration et les ressources de leurs communautés vers la résolution de l’urgence et le rétablissement de la sécurité.

Menace d’urgence. Pour amener les gens en mode d’urgence, il est essentiel que la menace urgente soit associée à une solution d’urgence.

Eviter la phobie. Le populaire Guide CRED de la Columbia University sur les communications climatiques contient une section intitulée «Méfiez-vous de l’abus d’appels émotionnels» dans laquelle ils conseillent aux présentateurs d’éviter de dire toute la vérité sur la crise climatique, car cela provoquerait un «engourdissement émotionnel».

Mais…

Solution d’urgence. Lorsque l’ampleur de la réponse nécessaire à la crise climatique est minimisée, cela empêche les personnes d’entrer en mode d’urgence

Oui, certaines personnes peuvent «se figer» si un conseil déclare une urgence climatique, mais d’autres «s’activent». Nous n’obtiendrons pas l’action et le résultat dont nous avons besoin si nous n’osons pas reconnaître l’ampleur du problème et si nous n’osons pas plaider en faveur de la mise en œuvre de solutions à l’échelle et à la vitesse nécessaires. Comme le dit Bill McKibben, gagner trop lentement revient à perdre.

Salamon parle du mode d’urgence comme étant «contagieux». Nous avons vu cela dans la récente augmentation mondiale rapide du nombre de conseils locaux déclarant l’état d’urgence climatique. Mais il est peut-être significatif que la croissance la plus rapide ait eu lieu seulement depuis le rapport spécial du GIEC, en octobre 2018. Les faits vraiment sinistres présentés dans ce rapport ont naturellement provoqué un sentiment de peur accru, mais au lieu de provoquer une paralysie, nous avons vu arriver une vague sans précédent d’étudiants et de lycéens grévistes et plus de 200 nouveaux groupes de rébellion d’extinction, tous exigeant une action urgente… et une des choses qu’ils demandent est que les conseils locaux déclarent une urgence climatique.

Certains conseils locaux ont déjà des plans d’action climat relativement ambitieux, et sont tentés de rejeter une motion visant à déclarer une situation d’urgence climatique au motif qu’ils «en faisaient déjà assez». Mais même si un conseil est déjà en train de faire tout ce qu’il peut éventuellement en pratique, ils peuvent obtenir beaucoup plus en déclarant aussi une urgence climatique et faire pression auprès des États et des gouvernements nationaux pour les grands changements qu’ils ne peuvent réaliser à leur niveau . Cela autonomisera leurs communautés, encouragera d’autres conseils à faire de même et, d’une manière générale, nous aidera tous à traiter la crise climatique comme une urgence existentielle.

Vous aussi, déclarez l’urgence climatique dans votre commune !


Contenu traduit et adapté basé sur les travaux du Cedamia